top of page

Les perspectives 2024 du secteur du numérique et du management de l’information


ace-article-perspectives-2024-secteur-numerique-information
Freepik/rawpixel.com

Archimag a mené en partenariat avec Documation une enquête début janvier 2024 sur les perceptions de l’année à venir. Une soixantaine de répondants donne une idée des perspectives de l’année par les acteurs du domaine : éditeurs et prestataires en Ged, ECM, dématérialisation, signature électronique, datas, etc.


Une prévision nationale du secteur du numérique à 5,8 % pour 2024


Rappelons le contexte économique incertain (pouvoir d’achat, coût de l’énergie, guerre en Ukraine, conflit Israélo-Palestinien), qui impacte de manière forte certains acteurs du domaine et leurs clients à hauteur de 27 %. Cependant,  les prévisions de Numeum, le syndicat et l’organisation professionnelle de l’écosystème numérique en France, membre du Syntec, affichent une croissance de 5,8 % pour cette année, avec un chiffre d’affaires global de 70,5 milliards. C’est donc mieux que les autres secteurs d’activité, mais inférieur à 2023 (6,5 %) et surtout à 2022 (7,6 % de croissance du secteur du numérique).


Une année 2023 en demi-teinte


Au niveau économique, l’année 2023 a été bonne pour 24 % des répondants, et même excellente pour 17 %. En revanche, elle est considérée comme moyenne par 51 % des répondants, voire mauvaise pour un petit 7 %. Des chiffres en deçà de l’année 2022, pour laquelle vous étiez 60 % à l’évaluer comme bonne et 15 % comme excellente.


Des conditions de marché qui se sont dégradées en 2023


Pour 2023 toujours, la dégradation se faisait déjà sentir concernant les conditions de marché. Si 22 % des répondants considéraient qu’elles s'étaient améliorées, et 32 % qu'elles étaient stables, pour 46 %, soit près d’une entreprise sur deux, les conditions de marché ont été plutôt mauvaises en 2023.


Les perspectives business pour 2024 selon les acteurs du domaine


Pour les éditeurs et prestataires du secteur du management de l’information, des documents et des datas, les perspectives 2024 sont plus favorables pour seulement  29 % contre 60 % l’année précédente. Et un quart des répondants estime que les perspectives sont moins favorables. Donc, selon la spécificité des marchés de chacun, une année en demi-teinte se dessine de nouveau.


Les prévisions de recrutement pour 2024


39 % des répondants comptent recruter cette année, et 40 % n’ont aucun projet en la matière. En 2023, 80 % des répondants étaient certains de recruter. On note donc une anticipation de faible développement du chiffre d’affaires, ne nécessitant pas de nouvelles ressources. 21 % sont toutefois indécis et attendent de voir l’évolution de la conjoncture.


Lancement de nouvelles offres commerciales


Face à ces perspectives, les réactions ne se font pas attendre. Dans le trio de tête se trouve : le lancement de nouvelles offres ou de solutions sectorielles, la diversification des offres et enfin la signature de partenariats, permettant de couvrir les besoins globaux des clients. Les volontés de croissance concernent 8 % des répondants (contre 5 % en 2023, et 17 % en 2022).


Et l’intelligence artificielle ?


Elle est une priorité en 2024 pour 49 % des répondants. Un chiffre important, qui marque la forte augmentation des questions des clients et prospects autour de ces sujets, car ils ne veulent pas manquer le coche de nouvelles solutions intégrant l’IA.


Une communication orientée marketing de contenus


En toute logique, les budgets en termes de communication s’orientent à 48 % sur le marketing de contenus, 43 %  sur le renforcement SEO du site notamment  à travers le blog de l’entreprise et en 3ème position la tenue de webinaires ; on note cependant une remontée des événements organisés en présentiel pour les clients. Les vidéo et podcasts, qui ne représentaient que  5 % des priorités en 2023, grimpent à 30 % cette année.


Au final, une année mitigée


2024 s’annonce comme une année mitigée pour 55 % des répondants. 40 % sont optimistes (contre 55 % l’an dernier), et seulement 5 % pessimistes (contre aucun en 2023).


Comentarios


bottom of page